Bree Van de Pie

Rocio m’avait lancé un défi. Il fallait un dessert du dimanche, celui que tu poses fièrement à table alors que les estomacs sont déjà repus et les soifs étanchées.. Par un menu déconfinement partagé discrètement, en toute impunité. Un dessert pour lequel tu te laisses tenter. Parce que « oarfff il me reste bien une petite place ». Parce qu’on est dans le partage et la générosité. Parce le bikini body attendra. Parce qu’on s’est trop manqués. Parce que du sport demain tu feras. Et parce que c’est l’adage, en Mai fais ce qu’il te plait. Alors j’ai fait ce qu’il m’a plu, et non sans démériter, lui ai partagé cette strawberry pie – « Bree van der Pie » l’avais-je baptisée.

Si tu n’as pas le blaze, n’aies craintes, tu n’as rien loupé. C’est la preuve qu’entre les mailles du filet, tu as réussi à passer.

Alors oui les amis, j’ai fait table rase des desserts trop léchés, pour revenir aux essentiels, la ripaille et la simplicité.

Ames sensibles à la grastitude, passez votre tour. Ici, pas de « sans ». Seulement du « avec ». Avec du beurre. Oui, beaucoup de beurre. Avec du sucre. Avec du lait. Et avec une pâte épaisse, gourmande et généreuse.. comme nos brioches au sortir du confinement. Une pâte avec des rebords épais, presque aguicheuse. « De vrais trottoirs » dirait mon papa en plaisantant. Ahhh ma fille, elle fait les trottoirs. Oui mais pas n’importe lesquels ! Ceux que tu ne laisseras pas dans l’assiette. Ceux dont tu te délecteras, le doigt mouillé, à l’affut des dernières miettes..

Sur ce, la recette. Et merci Rocio !

Pour une tarte de 22 cm / Préparation 30 min / Repos 1h / Cuisson 45 min

Ingrédients

Pour les 2 pâtes croustillantes

  • 320g de farine T55 ou T45
  • 2 c.à.s de sucre
  • ¾ c.à.c de sel
  • 225g beurre
  • 125g de babeurre (ou à défaut 120g de lait avec 1.5 cà c de jus de citron frais)

Pour la garniture aux fraises

  • 600g de fraises
  • 50g de sucre blanc
  • 50g de sucre muscovado (ou sucre roux non raffiné)
  • 30g de maizena
  • 1 pincée de sel
  • 2 c.à.s de jus de citron
  • ¾ c.à.c de gingembre moulu
  • 1 oeuf
  • 1 c.à.c de lait

Préparation

Pour les pâtes à tarte

Dans un bol de taille moyenne, mélanger la farine, le sucre et le sel. Ajouter le beurre froid coupé en cubes. Du bout des doigts, intégrer le beurre dans le mélange à base de farine. La preparation doit devenir sableuse et les morceaux de beurre s’émietter en petits flocons. Lorsque vous obtenez cette texture, creuser un puits, puis verser le babeurre froid. Si vous n’avez pas de babeurre, vous pouvez utiliser un mélange de lait et de jus de citron pressé, que vous aurez pris le soin de laisser macérer 10 minutes au frais. Incorporer le babeurre dans à l’aide d’une fourchette ou d’une cuillère en bois, jusqu’à la formation d’une boule de pâte. Cette dernière va être humide et collante, c’est tout à fait normal. Fariner un peu le pâton obtenu, puis le diviser en deux portions égales.
Etaler les pâtes entre deux feuilles de papier cuisson (ou entre deux tapis de cuisson) pour former deux disques d’un peu plus de 24cm de diamètre.

La pâte doit avoir une belle épaisseur (environ 3mm) car il s’agit ici de confectionner une tarte rustique et généreuse, mais également d’absorber le jus que libèreront les fraises.
Réserver les deux disques de pâte au réfrigérateur pendant 1h.

Pour la garniture aux fraises

Couper les fraises en quatre.
Dans un saladier, mélanger les fraises, les sucres, le sel, la maïzena, le jus de citron et le gingembre. Remuer doucement la préparation jusqu’à ce que la maïzena soit complètement absorbée par le jus des fraises. Laisser cette garniture reposer environ 10 minutes, afin que les fraises libèrent un peu de jus et se parfument au contact du gingembre.

Cuisson

Préchauffer le four à 200° chaleur tournante.

Foncer le moule à tourte/tarte avec la pâte « inférieure » (qui n’est pas moins bonne que la pâte supérieure hein 😉  Parer les bords du moule. Verser la préparation aux fraises dans le fond de tarte.

Pour effectuer le tressage de la pâte supérieure, je vous conseille de le réaliser à plat, toujours sur le papier cuisson. Lorsque vous obtenez un laçage qui vous plait, il suffit de retourner votre papier cuisson d’un coup sur la pâte, et là comme par magie, votre tressage reste intact. Pour devenir un as du tressage, voici quelques tutos sympathiques par ici.

Pour terminer, couper les excédents de votre pâte supérieure (ce qui déborde du moule) et joindre les bords de la pâte supérieure avec la pâte inférieure.
Pour les plus patients, vous pouvez réaliser une ultime tresse avec vos chutes de pâte, et venir parer le pourtour de votre tarte en guise de finition. Rassurez-vous, sans cette « final touch » c’est très bien aussi, et c’est tout aussi gourmand !

Réaliser la dorure en fouettant énergiquement un œuf avec une  cuillère à soupe de lait et un peu de sel. A l’aide d’un pinceau, badigeonner la pâte supérieure de cette préparation. Puis saupoudrer généreusement de sucre.

Enfourner pour 15 minutes, puis réduire à 180°C et poursuivre la cuisson encore 30 minutes. Laisser refroidir à température ambiante. Il est préférable d’attendre que la tarte ait refroidie pour mieux l’apprécier. Et pour les plus gourmands, servir avec une crème montée. Vous m’en direz des nouvelles !

Partager l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Réseaux sociaux